Tardif de Bourgogne

C'est une histoire presque incroyable.

Ceux qui nous connaissent déjà savent que notre famille maternelle est française. Nos parents se rendent aussi souvent que possible en France, dans leur famille haut-marnaise. Au bout de 40 ans (en 2013 exactement), ils ont appris par hasard l'existence d'un petit musée du houblon à Rivière-les-Fosses, pas loin du village de naissance de notre mère vers le sud, donc vers la Bourgogne.

Jusque vers les années 70, le houblon y était cultivé et les structures étaient bien différentes de celles que nous connaissons maintenant. Presque dans chaque jardin et sur la plus petite parcelle, chacun pouvait laisser pousser le houblon sur des perches. La cueillette et le séchage était bien sûr manuels.

Hopfenernte früher

Avec la mécanisation de la culture, cette petite région n'était plus compétitive et la production cessa.

Le musée du houblon y a été fondé en 2003.

A 25 km au sud de la Haute-Marne, en Bourgogne, la culture du houblon dans les années 60 et 70 était par contre mécanisée et la superficie était de 1200 ha.

Notre grand-père maternel, agriculteur en Haute-Marne, avait bien remarqué les houblonnières bourguignonnes, mais son intérêt s'est accru quand une de ses filles a été mariée à un planteur de houblons à Tettnang. Il a trouvé l'adresse du dernier de ceux-ci, M. Jeannin à Bèze et ensemble avec nos parents, ils sont allés lui rendre visite dans les années 70-80.

En 2013, lors du voyage à Rivière-les-Fosses, nos parents sont repassés chez lui : il avait arrêté la culture du houblon an 1996 après une tornade qui lui avait en partie détruit ses 4,5 ha de houblonnières . M. Jeannin connaissait heureusement le fils d'un autre ancien planteur à Saint-Julien , lequel avait conservé des anciens plants dans son jardin. A la demande d'une brasserie locale, il était en train de reconstituer une houblonnière avec les moyens du bord et pendant son temps libre. Mes parents ont rapporté 8 rhizomes qu'il a fallu soigner au plus près de retour en Allemagne. L'année suivante, ce houblon tardif cueilli et séché manuellement sur notre ferme, pouvait développer son arôme incomparable.

Un brasseur présent à ce moment, et de plus attiré par des rarités de ce genre, s'en est servi pour le houblonnage à froid de sa Pils.

Le résultat était si convaincant que nous avons poursuivi la multiplication des rhizomes et en 2015 les 35 plantes dont nous disposions ont pu être récoltées machinellement. Séché dans des sacs en filet, nous avons pu le vendre, non pressé à quelques brasseurs en France, Allemagne, Italie, Belgique et aux USA.

En 2016, la superficie consacrée au Tardif de Bourgogne s'est encore étendue et nous avons dépassé le stade des essais.

Une description de Tardif de Bourgogne de la littérature:

SELECTION Probably clonal selection from a French land race
GENUS Humulus
SPECIES lupulus
CULTIVAR Tardif de Bourgogne
PEDIGREE Unknown
ORIGIN Probably clonal selection
REFERENCES T. Wagner, ea.: Gene Pools of Hop Countries. Zalec, Yugoslavia, 1978, p. 33;
MATURITY Late
LEAF COLOR Dark green
SEX Female
DISEASES Downy Mildew: moderately resistant
VERTICILLIUM WILT unknown
VIRUSES unknown
VIGOR Fair to good
YIELD Medium, 1200-1600 lbs/acre
SIDE ARM LENGTH 12-20 inches
ALPHA ACIDS 4.3% (3-year range: 3.1-5.5)
BETA ACIDS 4.8% (3-year range: 3.1-5.5)
COHUMULONE 20%
STORAGE STABILITY Good, retained 66% of original alpha acids after 6 months room temperature storage
OIL 0.65 ml/100 g (3-year range 0.49-0.73); moderately low H/C ratio (2.60 average); contains no farnesene
MAJOR TRAITS European-type hop aroma
Tardif Ernte mit dem Ladewagen Tardif Dolde Tardif Trocknung Tardif Ernte